Extrait sur le sabbat du Puy-de-Dôme

 

 

"En cette année de la Saint-Jean, où le crépuscule du soir rejoint presque celui du matin, la foule noire de sorciers grouillait longtemps dans le gris blafard, là-haut, d'où l'on domine, si bas au-dessous, une infinité de pâturages, de forêts et de campagnes. Assis sur l'herbe rase, ces maudits faisaient un repas de pain, de vin et de fromage, toutes provisions mises en commun, pour signifier qu'ils étaient tous frères. Puis, jusqu'à l'heure où l'air de pâle devient rouge, leurs cérémonies se continuaient par des débordements, des horreurs, des lubricités qui ne vaudraient rien à êtres retracées.
Ces choses sont si vieilles qu'on n'oserait les donner pour tout à fait véritables. Cependant, encore aujourd'hui, les bergers montent à la Saint-Jean sur la plus haute montagne pour voir danser le soleil : car il danse, ce jour-là, à son lever, ne sachant s'il doit aller à droite ou aller à gauche.
Beaucoup en ces cantons écartés ont dû demeurer longtemps païens et magiciens dans le secret de leur cœur."

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site