La légende de Sainte Enimie

 

Vers la fin du VIème siècle après J.C., Clotaire II (roi des Francs), règne sur une lointaine contée du nord du Pays. Le souverain a deux enfants : Enimie et Dagobert. L'éclatante beauté de la jeune princesse mérovingienne suscite bien des convoitises parmi les nobles du Royaume. La vertueuse princesse, mariée à Dieu, refuse fermement les prétendants que son père lui impose. Elle implore le Seigneur de lui venir en aide afin de conserver sa pureté. Dieu l'exauce, et lui inflige la lèpre, terrible maladie qui défigure la princesse.

Enimie est enfin débarrassée de ses prétendants et peut consacrer sa vie au Seigneur. Cependant, devant le désarroi et les remords de ses parents, et face à cette maladie qu'aucun médecin ne peut guérir, la jeune princesse implore à nouveau l'aide de Dieu. Un ange messager apparaît et lui dit : "Rends-toi avec ton escorte dans la lointaine province du Gévaudan, dans un lieu appelé Burlatis. Les bergers te guideront vers une source dont l'eau guérira les plaies de ton corps". La princesse et son escorte se mettent en route. Après un long et pénible chemin, le cortège royal atteint enfin Burlatis. Enimie baigne son corps meurtri dans l'eau froide et bleue de Burle et guérit par miracle. Sur le chemin du retour, la maladie réapparaît. Ce n'est qu'après un troisième bain qu'elle comprend son destin : rester à jamais dans cette région pour évangéliser les populations.

Elle mène une vie solitaire et accomplit de nombreux prodiges. Elle est nommée abbesse par l'Evêque Ilère et fonde un couvent mixte au village. D'après la légende, Enimie et Ilère ont combattu le Drac, incarnation du diable. Le chaos du Pas de Soucy est le reflet de cette lutte. Elle passe la fin de sa vie retirée dans une grotte (aujourd'hui l'Ermitage).

Après sa mort vers 628, son frère Dagobert, devenu roi, ramène ses reliques à la basilique Saint-Denis. Mais grâce à une ruse de la princesse, ce sont les reliques de sa filleule, elle aussi prénommée Enimie, qui reposent auprès des rois de France.

Les reliques de la princesse sont conservées à l'Ermitage jusqu'en 1970, date à laquelle elle furent volées.

Un pèlerinage a lieu chaque année à l'Ermitage, pour célébrer la patronne du village (1er dimanche d'octobre).

 

sources : www.sainte-enimie.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site