Le cheval Gauvin

 

C'est au milieu du XIXème siècle qu'il fait trembler les villages de Chamblay, Monbarrey, Dole, et nombre d'autres petites communes avoisinantes.

On rencontre généralement l'animal la nuit, le long des cours d'eau.

Le légende raconte que ce cheval démoniaque piégeait les malheureux qui l'enfourchaient: il les laissait le monter, avec une feinte docilité, puis partait à grande allure vers le funeste destin des cavaliers qu'il précipitait dans l'eau, pour les noyer, ou du haut de gros rochers.

On prétend également qu'il parcourait les villages à grand galop pour enlever les jeunes demoiselles.

L'associant à la mort, les villageois le comparait parfois à la faucheuse ou au croquemitaine: celui qui avait malheur de l'apercevoir mourrait la même année.

Certains ont dit qu'il avait trois pattes, d'autres quatres pieds... Parfois, c'est à un bouc qu'on le compare. Venu des Enfers, des flammes sortiraient de la bouche de l'animal.

 

Rédigé par Elodie LETEISSIER

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site